La tombée de la candeur


Un ciel parsemé de merveilleuses étoiles
Petites fées perdues en ces temps obscurs
Une lourdeur que de se voûter de mœurs
Un regard qui ne devrait rien apercevoir

Cruel est-il de faire partie de cette toile
Aussi loin que demeure la chaleur
Une folie douce et ardente qui fait choir
Faudra-t-il tuer pour trouver une cure?

Imposantes décisions qui poussent à croire
En des émotions ardues et si souvent oubliées
Ce n’est pourtant guère un devoir
Que d’obliger ces sentiments à s’estropier

Une brume intense qui voile mon esprit enjôleur
Finesse ténébreuse qui caresse mes joues
Mon corps se jette à travers ce nuage mystique
Une impressionnante sensation de vide qui naît 

Devant soi l’inconnu qui se sent devenir voyeur
Un destin hasardeux qui se moque bien des fous
Qui de sa force s’amuse à rendre la vie tragique
L’absurdité fait de son mieux pour être niais

Une pluie diluvienne qui assassine la sécheresse
Douleur imprévue qui heurte terriblement le cœur
Des griffes arrachent la peau de sa maladresse

Amenant avec elles le dernier soupir de candeur


La tombée de la candeur © Voiceofcloud (2001-2005) Tous droits réservés.