Regard sans espoir


J'ère sur un macadam sans fin
Languissant des temps plus sereins
La sécheresse de mes larmes mutile
Mon âme et ses pensées futiles
Je m'enlise dans un éternel regard;
Des songes ténébreux illuminent mes yeux hagards

Je revois ma sobre vie
Avec son goût âcre d'infini
Je suis un homme victime de l'aliénation
Que forge ce monde d'amer désillusion

TRISTE TERRE, peuplades sans frontières,
Forêt de billets verts
Anéantissant ciel et mers

Aucune brèche ne peut-être creusée
Dans ces esprits sans destinée

La passion a disparût derrière
De sombres et damnées rivières
L'amour s'en est enfuie
Au-delà de contrées sans fruit

PAUVRE TERRE, providence inachevée,
Pourquoi nous l'as-tu enlevé?

Au diable ce viol d'humanité,
Il est mort, l'Amour aimé...


Regard sans espoir © Kitera (2001-2005) Tous droits réservés.